Beauté Fortes têtes Mode

Strass système : 73 questions à Bella Hadid

décembre 27, 2018, Andy, 0 Comments

Los Angeles, Californie. Veste Cavalleria Toscana, ceinture Gucci, pantalon Pikeur et bottes personnalisées Tucci : Bella Hadid déambule dans les écuries familiales et répond aux 73 questions de Vogue. Avec le monde comme terrain de jeu et le numérique comme bras armé, elle inspire, survolte et survole en imposant son souffle générationnel, résolument XXIe siècle.  Femme à double titre, top et cavalière, elle incarne une époque où la féminité se réinvente, même à cheval.

Sa mine indocile, sa beauté douce et sa folle allure ensorcellent la planète entière. Les plus prestigieuses marques de mode se l’arrachent, les plus grands photographes en tirent le portrait. Bella joue sans cesse avec les codes et dispose d’une palette aux nuances infiniment éclectiques. Au classement mondial Forbes des mannequins les mieux payées au monde, l’américaine pointe à la huitième place avec une année 2018 rentabilisée à 8,5 millions de dollars.

Loin du strass système et du mirage des apparences et de la réussite, la top partage ses rêveries personnelles :  Le drapeau américain triomphant au cœur des écuries, où sont placardés pèle-mêle de photos souvenirs et affiche de David Bowie, elle nourrit ses chevaux et nous présente Olivia, la chèvre qu’elle a adoptée.

Cavalière depuis sa plus tendre enfance, Bella Hadid se souvient aller aux écuries avec sa famille pour monter son tout premier cheval, Lego. Compétitrice émérite, elle avoue avoir participé à plus de 100 concours avant d’avoir pris le chemin de l’école de photographie Parsons qui lui aura fait découvrir ses mentors, Steven Meisel et Annie Leibovitz. A présent, l’instagrammeuse aux quelques 22 millions de followers ne monte plus aussi souvent qu’avant, mais s’accorde un peu de temps lorsqu’elle revient en Californie, où Chris, son groom, s’occupe de ses chevaux, dont Coco qu’elle monte aujourd’hui.

« J’ai aimé ce sport dès lors que j’ai compris que les chevaux pouvaient être mes meilleurs amis »

_________
Credits © Vogue
Interview de Joe Sabia

You Might Also Want To Read

Wishlist : Sélection de Noël

décembre 13, 2016

Esthederm Riders Club : Dans la peau de Penelope Leprevost

juillet 25, 2018

Longines Masters Paris : Tenue correcte exigée

décembre 7, 2015

No Comments

Leave a Reply