Il est 8h55. Ouverture des rayons, equestrian shopping center. Bonjour chers lecteurs. L’œil à semi-clos, pas vraiment matinale, elle attrape un catalogue du bout de son caddie. Le cavalier bleu, flash spécial, l’édito en tête de gondole. Hein, quoi, comment ? Un nouveau venu dont elle ignore l’existence ? Pantoise, elle accélère le pas et bondit dans les rayons, apologie de la toute-puissance. Premier essai aux jouets, elle bouscule Luciana qui hésitait entre une peluche Bisounours et Mon Petit Poney. Cahiers de vacances à -50%, que nenni, il faut en laisser ! Scott doit apprendre ses conjugaisons du verbe gagner et Jeroen ne doit plus compter sur ses doigts, il n’en a plus assez pour ses victoires. Oh oui la rentrée, elle l’avait déjà oubliée. Elle sera littéraire pour Kevin, à la recherche du prochain Goncourt, et géographique pour Jan, absorbé par une mappemonde, songeant à la destination de la seizième étape du Global. La tension monte et l’œil devient hagard. Nerveuse et pressée, elle bouscule Martin et gâche son selfie after holidays, tandis que Vanessa et Kamel daignent prier les parents des petits Harry et Bertram de bien vouloir se présenter à l’accueil. Il est là. Elle le voit. D’un pas, d’un seul, elle lâche son caddie et bouscule les ingés de CWD à la recherche du futur matériau au rayon des bricolos. OK, got it, banco. Impériale, elle brandit cet édito comme son plumeau, s’impatronisant comme conquérante. Hashtag winneuse.

Les chroniques, c’est comme les denrées alimentaires, il faut les partager. Le cavalier bleu, un œil incisif et une vision prospective de la daily-life équestre. Une préoccupation domestique où se mêlent sport, marketing et art de vivre sous les caprices d’une réalité sociale et économique. Focus, décryptage et analyse comme leitmotiv, fast industry et consommation, curiosité et passion, Le cavalier bleu vous accompagne dans cette nouvelle année. Et faisons-lui confiance à cette année ! Rio 2016 dans le viseur, elle nous réserve son lot de surprises. Qu’elles soient humaines ou politiques, barbares ou délicates, dérisoires ou planétaires. Entre fantaisies, burn-out et tweets, le passage en caisse se promet lacrymal ou bankable.

En attendant, vous prendrez bien un peu de dessert ?

Posted by:Andy Chansel

Fondateur du site Lecavalierbleu.fr. Cavalier passionné aux obsessions éclectiques.

1 thought on “ Rendez-vous au shopping center ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *