Cette année, le Longines Global Champions Tour fête ses dix ans. Pour la plus grande joie de son fondateur et président, le Néerlandais Jan Tops – médaillé d’or par équipes en 1992 lors des Jeux olympiques de Barcelone, en Espagne, aux rênes de Top Gun La Silla – ce circuit cinq étoiles est devenu une référence pour le haut niveau, notamment grâce à la qualité de son organisation, à la beauté de ses épreuves, à l’exotisme de ses destinations – l’édition 2015 a notamment permis aux meilleurs couples mondiaux d’en découdre pour la première fois sur la plage de Miami Beach, aux États-Unis, ainsi qu’au pied du Colisée, à Rome, en Italie – et bien sûr grâce à ses importantes dotations – pas moins de dix millions d’euros de gains sur l’ensemble de la saison, avec un bonus d’un million partagé entre les dix-huit meilleurs cavaliers au classement final ! Non content de ce premier succès, Jan Tops est bien décidé à réaliser son autre rêve, celui d’une ligue des champions, d’un nouveau circuit se courant par équipes de quatre cavaliers, non pas regroupés par nations mais sous les couleurs d’un sponsor.

D’abord annoncé pour 2015, le lancement de la Global Champions League avait dû être reporté en raison de l’invocation par la Fédération Équestre Internationale – tentant de protéger son circuit FEI Nations Cup Series centenaire, plus connu sous le nom de Coupe des nations, couru, lui, par équipes nationales – d’une clause d’exclusivité interdisant à cavaliers et chevaux de participer à tout événement non approuvé par la FEI moins de six mois avant une compétition approuvée. L’affaire avait immédiatement fait l’objet d’une plainte déposée auprès de la Cour d’Appel de Bruxelles et de l’Autorité Belge de la concurrence par l’ensemble des dirigeants du Global Champions Tour. S’en suivit une première victoire pour le projet de Jan Tops puisqu’au mois de juillet était déjà demandé à la FEI de suspendre sa clause d’exclusivité et de ne pas sanctionner les cavaliers souhaitant s’engager dans la Global Champions League dans une décision provisoire, bien évidemment renvoyée en appel par la FEI elle-même.

Il y a quelques jours, la justice belge a une nouvelle fois – et définitivement – statué en faveur de la création de la ligue des champions imaginée par le Néerlandais, qui devrait voir le jour en 2016.

DSC_0014 copie
Jan Tops (au centre) entouré de membres de l’équipe du Qatar dont il est l’entraîneur national. LGCT Chantilly 2015 – © Pauline Arnal

À peine rendue publique, cette décision a suscité de vives réactions de la part des médias et des passionnés de saut d’obstacles sur les réseaux sociaux, qui annoncent, pour une part d’entre eux, l’abandon du circuit Coupe des nations de la FEI au profit d’un nouveau, mieux doté. Or, la concurrence doit être vue ici comme un moteur de progrès plutôt que comme un frein. Une nouvelle compétition par équipes poussera peut-être – et nous sommes sûrement nombreux à l’espérer – la FEI à réviser et à moderniser ses épreuves afin de les rendre plus attractives.

Ces première considérations mises à part, il est – à mon sens – improbable que la Global Champions League vienne réellement concurrencer la sacro-sainte Coupe des nations, notamment parce que la première ne saura être le support de sélections valant pour de grandes échéances se disputant sous l’étendard de la FEI telles que les championnats d’Europe, du monde ou encore les Jeux olympiques, qui restent – fort heureusement – malgré les dotations alléchantes, les objectifs premiers des cavaliers de haut niveau, de part son format impliquant des équipes sponsorisées et non nationales.

De plus, un sélectionneur national ne pouvant se permettre un trop grand nombre d’essais de sélections sur le circuit fédéral sans mettre en danger la préparation de ses troupes, une ligue des champions parallèle pourrait permettre à des cavaliers non moins talentueux que ses compatriotes « têtes d’affiches », mais peut-être au piquet de chevaux et à la trésorerie plus limités, de s’illustrer plus régulièrement dans une compétition par équipes de haut niveau et d’ainsi faire valoir ses qualités tout en renflouant – en cas de succès – son portefeuille.

Quoiqu’il en soit, en adepte convaincue du LGCT, je souhaite à la Global Champions League – dont nous avons pu avoir un aperçu à Valkenswaard cet été dans les écuries de Jan Tops et sa compagne, qui n’est autre que la cavalière australienne Edwina Tops-Alexander, grâce à une superbe première épreuve par équipes remportée par le duo Rolf-Göran Bengtsson (SWE) / Harrie Smolders (NED) – tout le succès de son grand frère.

Posted by:Andy Chansel

Fondateur du site Lecavalierbleu.fr. Cavalier passionné aux obsessions éclectiques.

1 thought on “ Jan Tops, en route pour sa Global Champions League ”

  1. Du beau spectacle en perspective !
    Personnellement je ne pense pas que la GCL et la coupe des nations soient en concurrence directe, puisque de toutes façons, le GCL ne se courra pas par nations officielles, mais par équipes de sponsors… Un petit peu comme le grand national, mais en international. On aura peut-être l’occasion de voir une belle équipe comme l’écurie Steffex !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *